Les exactions commises durant la guerre des Gaules : la mise en servitude (esclavage)

Publié le par Frédéric Coulon

Les civils ont subi des pertes et dommages considérables durant la campagne militaire menée par Jules César en Gaule, de 58 à 51 avant J.-C. Huit longues années de conquête ! Plus encore, quand on sait que la Gaule ne sera pacifiée qu'aux environs des années 10 avant J.-C.

Le Bellum Gallicum, écrit par César, celui-ci mentionne avec parcimonie ce qu'il considérait comme des pratiques de guerre habituelles. En réalité il s'agissait bien d'exactions contre les civils. On peut remarquer cinq types d'exactions :

  • les violences ordinaires commises sur des « vaincus », selon la pratique romaine de la guerre

  • les mises en servitude

  • les prises d'otage

  • les vols et pillages

  • les massacres (meurtres de masse)

Ce qui nous retient aujourd'hui, les cas de mise en servitude (escalavage).

Les principes du droit de la guerre dans l’Antiquité veulent en effet que le

vaincu et tout son peuple appartiennent au vainqueur, avec le statut de prisonniers et,

lorsque le vainqueur le décidait, en devenant ses esclaves.

Vercingétorix, lorsqu’il veut convaincre les Gaulois du bien-fondé de la stratégie de terre brûlée, affirme ainsi que ceux qui s’opposent à la dureté de son plan...

doivent trouver bien plus dur encore que leurs enfants et leurs femmes soient emmenés en esclavage, et qu’eux-mêmes soient égorgés : car c’est là le sort qui attend fatalement les vaincus

César, Livre VII, 2, 33,6

Autre extrait :

Lorsque le peuple des Atuatuques est vaincu...

César fit tout vendre à l’encan en un seul lot. Il sut par les acheteurs que le nombre de têtes était de cinquante-trois mille

Autre extrait :

Après la soumission des Vénètes (pays de Vannes), Jules César ordonne leur mise en esclavage :

Celui-ci [César] résolut de les châtier sévèrement pour qu'à l'avenir les barbares fussent plus attentifs à respecter le droit des ambassadeurs. En conséquence, il fit mettre à mort tous les sénateurs et vendit le reste à l'encan

Commenter cet article